Ces 5 choses que j’adore aux Etats-Unis

L’automne commence tout doucement à s’installer aux Etats-Unis et nous commençons également à devenir des « semis-locaux ». Les pratiques qui nous faisaient sourire ou qui nous choquaient à notre arrivée aux Etats-Unis nous paraissent désormais normales. Nous commenceons à avoir nos restaurants préférés, nos coffee places et nos quartiers favoris et doucement les traditions américaines s’immiscent en nous. Nous avons fait tranquillement notre chemin ici afin de devenir New-Yorkais d’adoption !

En 25 ans d’existence, j’ai vécu dans quatre systèmes de valeurs différents (le français, le britannique, le germanique et maintenant l’américain) et à chaque fois, je suis émerveillée par des petites choses que je trouve géniales ici et qui n’existent pas dans notre pays d’origine, la France. Aujourd’hui, je voulais parler de 5 petites choses que j’adore aux Etats-Unis et qui me manqueront énormément si/quand nous rentrerons en France :

1. Que tout soit une célébration

Lorsque l’automne est arrivée aux Etats-Unis, le pays entier s’est rempli d’une atmosphère automnale incroyable : presque toutes les villes/quartiers ont des festivals d’automne, il y a des décorations partout (principalement sous formes de citrouilles sur les pavillions), dans les magasins tout le monde vends des vetements/aliments aux couleurs marrons et oranges.
Je trouve que les américains sont extrêmement doués pour faire de chaque instant une fête. Le week-end dernier, Valentin et moi sommes partis faire un roadtrip en Pennsylvanie et j’ai été impressionnée par les décorations d’halloween même dans des maisons assez reculées dans la campagne où il y a peu de passage.

J’ai toujours adoré fêter tout ce que je pouvais (jusqu’à organiser un petit diner pour fêter une bonne note pendant mes études!) et je trouve que cet aspect de la culture américaine est fantastique! C’est tellement chouette de pouvoir se dire que chaque petit moment est apprécié à sa juste valeur et est rendu inoubliable!

Quand je vois ce qui est fait pour Halloween, j’ai déja hâte d’être les fêtes de fin d’année !

2. La gentillesse des américains

Une des choses qui me faisait le plus peur en déménageant dans une ville où la seule personne que je connaissais était ma coach sportive qui vit ici que la moitié du temps, j’avais vraiment peur de ne pas me faire d’amis et de rencontrer personne. Aujourd’hui, un mois après être arrivée, je peux dire que j’ai une petite dizaine de « potes/copains » que nous avons rencontré ici et je suis sure que les mois qui vont arriver vont être encore plus sociaux! Les américains sont extrêmement faciles d’accès et sont toujours intéréssés par rencontrer des nouvelles personnes.

Au début, nous ne connaissions que nos collègues, qui nous ont invité à des soirées où nous avons rencontré d’autres personnes, puis d’autres personnes… et maintenant, nous connaissons plein de gens ! Je pense que de manière générale, les américains aiment les français et apprécient vraiment la culture française donc il est surement plus facile de « casser la glace » au premier abord mais je pense qu’ils ont cette gentillesse et ouverture d’esprit avec les gens qu’ils ne connaissent pas qui fait que les relations sont faciles !

3. Les opportunités professionnelles

Pour moi, les Etats-Unis sont le meilleur pays pour s’épanouir professionnellement. Les opportunités profesionnelles sont plus nombreuses et plus faciles d’accès. Aux Etats-Unis, la sécurité de l’emploi n’existe pas alors il est possible de quitter son poste du jour au lendemain et d’en retrouver un autre aussi vite, ce qui fait qu’il y a un gros turnover professionnel.

43626210_2291522984251025_8709987784145764352_n

En dehors de l’Ivy League et du fait que certains diplômes sont très reconnus (comme les LLM, ce que j’ai ou les MBA), les américains sont beaucoup moins attachés aux diplômes et même dans une certaine mesure à l’expérience. Ils vont surtout regarder la motivation et l’envie des gens pour les faire progresser ! Valentin, en peu de temps est monté énormément en grade dans son entreprise et je travaille pour une ONG en ayant jamais travaillé dans une ONG auparavant! Donc tout est possible !

Les salaires sont également beaucoup plus élévés (en moyenne 3x un salaire en France) et il est bien vu de demander des augmentations et de rechercher une bonne compensation professionnelle.

4. L’absence de protocole et de jugements

Ce qui me pesait à Paris, après y avoir vécu plus de 3 ans était l‘image parisienne à laquelle il fallait coller. Dans mon ancien environnement professionnel, l’apparence physique était extrêmement importante et je me suis souvent forcée à ressembler à quelqu’un qui n’était pas vraiment moi en portant des vêtements qui ne me correspondaient pas. Je me rappelle des regards un petit peu choqués quand je sortais en survêtement chercher du pain dans mon quartier un peu bo-bo et du fait qu’il est mal vu de glander un week-end ou de ne pas aller voir la dernière exposition au Grand Palais. Ici, c’est beaucoup plus détendu.

Les New-Yorkaises s’habillent n’importe comment (je reviendrais sur cet épisode dans un prochain article), sont toujours en vêtements de sport dans les rues, passent leurs dimanches à regarder des matchs de football à la télévision ou au bar, ont des kilo en trop… et je trouve que c’est tellement reposant d’évoluer dans un monde comme ça où les femmes ne se maquillent pas (ou se maquillent trop) dans les grands groupes, où c’est ok d’être en tong à la Fashion Week…

5. La tolérance vis à vis des animaux et de la nature

J’aime beaucoup le fait que la nature soit une partie intégrale des villes, aussi grandes soit-elles. Dans le métro il y a quelques jours, il y avait une publicité qui disait que chaque quartier de New-York possède son propre parc et espace vert. Les animaux sont extrêmements importants pour les américains : je connais plus de gens qui ont un chien ici que de gens qui n’en ont pas ! De nombreuses choses sont pensées pour les animaux et pour le bien être de nos animaux de compagnie : par exemple à Central Park, chaque fontaine à eau possède une gamelle au sol et une deuxième sortie d’eau pour les chiens. Ou un autre exemple, dans tous les parcs de la ville, les chiens sont tolérés sans laisse le matin avant 9h et le soir après 21h, ce qui est super sympa pour eux !

Bien sûr, beaucoup de choses me manquent également en France, mais j’ai toujours pensé qu’il était mieux de se concentrer sur le positif et d’être heureux pour tout ce qu’il y a de nouveau ici !

Bonne semaine à tous et merci pour vos encouragements continuels!

Claire

Labor Day 2018 à Coney Island

Le week-end dernier était le week-end du Labor Day aux Etats-Unis, c’est à dire le week-end de la fête du travail. C’était aussi notre premier vrai week-end en tant que résidents américains à pouvoir en profiter et à mettre derrière nous l’installation des premiers jours ! (vous pouvez avoir plus d’informations sur l’arrivée aux Etats-Unis dans mon article ici). Valentin et moi avons donc décidé de profiter de ces trois jours pour sortir un petit peu de New York et nous avons choisi d’aller à Coney Island, qui est à 30 minutes de New-York.

DSC_0017.jpg
La plage de Coney Island

La tradition du Labor Day aux Etats-Unis 

Le Labor Day a lieu le premier week-end de septembre et symbolise les services rendus à la nation par les « meilleurs travailleurs au monde (ca ne vient pas de moi!) : les américains ». Le Labor Day a lieu un lundi alors cela fait un pont de trois jours pour les américains qui généralement coincide avec la fin de l’été et le dernier week-end de vacances.

Le Labor Day a été fêté pour la première fois à New York (yeeeees) en 1852, donc c’est une assez vieille tradition qui est très chère aux yeux des américains.

Que font les américains pour Labor Day ? 

Généralement, les américains de la Côte d’Est (qui est celle que je connais le plus désolée!) en profitent pour aller se baigner et immortaliser les derniers souvenirs de vacances. Les New-Yorkais partent dans les Hamptons où ils possèdent souvent des maisons de campagne. Cette année nous avons été un petit peu court en temps pour réserver à l’avance mais je pense qu’un des Labor Day prochain, nous pourrions avoir envie de découvrir cette tradition également!

Il y a souvent des feux d’artifices organisés pour recompenser les « American Workers » et l’ambiance de cette fin de vacances est très appréciée.

DSC_0029.jpg

DSC_0032.jpg
Freak show dans le coeur de Coney Island 

Notre Labor Day à Coney Island 

Bien que je ne me vois pour l’instant pas vivre ailleurs que dans une grande ville, j’aime bien le week-end sortir du béton et aller voir des paysages plus « natures ». Coney Island est une bonne idée de Day Trip pour une journée car il faut une trentaine de minutes pour s’y rendre de Manhattan et c’est complétement dépaysant. Coney Island est une longue plage le long de la presqu’ile de Brighton Beach. Il y a un aquarium (où nous ne sommes pas allés car nous ne sommes pas très friands d’animaux en captivité), la possibilité de faire des sports nautiques et surtout un Lunapark.

Je n’ai pas trouvé qu’il y avait beaucoup de monde au Lunapark (rien à voir avec DisneyLand Paris par exemple) et les tarifs sont très abordables. On prends des crédits (1 crédit = 1$) et les attractions coutent différents crédits, il faut compter environ 12 crédits pour un grand 8 et 7 pour une attraction plus « douce ».

Valentin et moi adorons les grands 8 et nous en avons profité pour tester le Cyclone qui fête ses 10 ans sur Coney Island et qui fait vraiment peur (à en juger par notre expression ci-dessous), nous avons fait d’autres manèges et avons terminé notre tour par les arcades pour tuer quelques zombies, dinosaures et aliens!

40797719_247570085963098_5798782844096479232_n

Notre avis ? 

Je trouve que Coney Island est fun et parfaite pour aller s’éclater une journée avec ses airs de Californie ou de Floride. Cependant, cela peut être un peu « gogo » pour y passer plus d’une journée et il faut aimer ce type d’ambiance…

Un grand merci pour tous vos retours et continuez de me poser les questions que vous avez, j’essaierais toujours d’y répondre!
Claire