Alors, t’es bilingue?

Hmm, comment dire? Pas vraiment :’)

Quand on vit à l’étranger, il y a cette croyance que nous devenons forcément bilingues dans la langue locale. S’il est vrai que mon rapport à la langue anglaise a beaucoup changé depuis que je vis aux Etats-Unis, je ne suis pas encore bilingue.

Ce qui est aussi amusant, c’est que je trouve que les gens ont toujours tendance à s’estimer bien meilleur dans une langue qu’ils ne le sont vraiment. Dans mon ancien job, je faisais passer beaucoup d’entretiens d’embauches à des gens qui m’assuraient parler un anglais excellent et qui avaient des difficultés à formuler une phrase…:) Depuis, je prends un peu ce genre de choses avec du recul en me disant qu’on a toujours des progrès en langue à faire et c’est génial!

Personnellement, je suis loin d’être bilingue. Pourtant j’ai appris à parler anglais en étant enfant dans ma famille, j’ai fait une section internationale au lycée où la moitié de mes cours étaient en anglais, j’ai étudié deux années entières dans des pays anglophones et dans mon prècedent taff je bossais qu’en anglais.

Toutefois, je peux dire que je parle couramment anglais et que l’anglais maintenant me vient souvent avant le français quand j’essaie de m’exprimer. Mais cela vient aussi pour moi avec des inconvénients, car je me rends compte que je commence à faire des fautes quand j’écris en français…

Dans l’article d’aujourd’hui, je donne des petits conseils pour profiter au mieux d’une expérience à l’étranger afin d’améliorer ses connaissances en langue et devenir familier avec une autre manière de pensée.

IMG_0089
Les photos de cet article sont toutes des photos avec des amis non-francophones!

L’évolution du rapport à la langue

Quand on vit dans un pays étranger, on peut vite se sentir un peu déboussolé. Et c’est vraiment normal! Une langue différente traduit également un système de pensée différente et des valeurs différentes qui ne sont pas évidentes à saisir au premier abord! Là où le français, hérité du latin est une langue musicale qui favorise les propositions, l’anglais par exemple se compose de phrases courtes et limite les adjectifs ce qui se traduit dans le système de valeur anglo-saxon par un besoin de toujours rechercher l’efficacité.

Quand j’ai déménagé la première fois en Irlande où je venais d’avoir 20 ans, je me rappelle qu’à la fin de la journée j’avais souvent super mal à la tête et juste envie de parler français. Et puis, ensuite à 22 ans, je suis allée vivre au Luxembourg où bien que le français soit une langue officielle, souvent les locaux préfèrent parler anglais et tous mes amis étaient anglophones, donc l’anglais était plus évident pour nous tous. Toutes ces petites expériences m’ont aidé à devenir plus à l’aise avec cette langue que j’adore.

Et puis maintenant aux Etats-Unis, l’anglais est devenu une seconde nature: après quelques semaines, je rêvais en anglais et les phrases se formulaient assez rapidement dans ma tête en anglais avant de les former en français. Aujourd’hui, souvent les mots me viennent en anglais et je me rends compte un peu tristement que souvent je mets des mots anglais dans des phrases en français avec mes amis, il me reste encore des efforts à faire pour bien parler anglais et ne pas perdre le français 🙂

IMG_2464

Ces situations toujours un peu bizarres avec des locaux

Peu importe combien mon anglais s’est amélioré, j’ai eu trois situations bizarres ces derniers mois que je voulais partager pour vous amuser:

  • Ces moments génants où nous sommes les seuls non-américains de la bande et quelqu’un fait une blague que nous avons pas eu le temps de comprendre donc nous sommes les seuls à ne pas rigoler
  • Ce moment où au moins un jour sur deux je dis « bonjour » a mon pressing en bas de chez moi sans réflechir.
  • Ce moment trop drole (ou horrible) ou un de mes voisins m’a demandé un jour le nom de mon chien et pas reveillée j’ai cru qu’il me disait « Whats your name » et j’ai dit Claire et depuis il appelle mon chien Claire (True Story)
  • Ce moment ou au bout de 10 minutes de discussion quelqu’un croit que tu es allemande (pourquoi allemande a chaque fois?)

c8284ab6-ee46-45e2-9611-eb49ff0ee80e

Mes conseils pour devenir bilingue

1- S’entourer de locaux: je ne le dirais jamais assez mais un pays étranger est une richesse pour rencontrer des locaux et parler leur langue avec eux. Aux Etats-Unis, Valentin et un couple d’amis sont les seules personnes avec qui je parle français et je vois vraiment une différence par rapport au milieu des expatriés français à New York.

2– Lire, écouter et regarder de l’anglais: Les trois sont aussi importants l’un que l’autre. Lire en anglais permet d’apprendre des nouveaux mots, ecouter de l’anglais dans des films, series ou documentaires permet de se familiariser avec les accents et regarder de l’anglais permet de comprendre comment les phrases se construisent. En Janvier 2019, avec Valentin nous avons pris la résolution de ne lire qu’en Anglais (et nous lisons beaucoup de romans tous les deux) et d’enlever les sous-titres. Et ca a fait des miracles en seulement 4 mois!

3- Découvrir la culture locale et l’histoire d’un pays: Cette dernière phase est cruciale. La langue s’apprends aussi par l’histoire d’un pays. En visitant des musées, en lisant de la litterature ou des endroits typiques d’un pays, on comprends aussi comment le language s’organise. Avec Valentin, nous adorons aller dans les clubs New Yorkais (les clubs des grandes universités, ou les country clubs) afin de découvrir plus de choses sur notre nouveau pays d’adoption. Et c’est fou comme notre anglais en a profité aussi!

IMG_0258

Je ne le dirais jamais assez mais avoir des amis qui parlent des langues différentes enrichit énormément et apporte tellement! Meme si c’est moins evident, il faut s’accrocher car au final on développe de très belles relations.

Claire

xxx

 

 

Une réflexion au sujet de « Alors, t’es bilingue? »

  1. Bon ça me rassure ce que tu écris même si de mon côté je ne suis expatriée que depuis 5 mois! Mais donc on m’a déjà sorti le côté allemand une fois ou deux et même Danois une fois, je ai pas compris pourquoi mais bon , on va pas se vexer pour si peu n’est ce pas!
    Et je te rejoins sur le mode de pensée qui est différent, ça oblige à réfléchir un peu plus à ce qui peut être inné et instinctif pour nous.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s